Review 330 : Make Them Die Slowly – The Bodycount Continues

Make Them Die Slowly revient commettre un nouveau méfait.

Après un excellent premier album en avril 2020, The Void (chant, Fukpig, Born to Murder the World, Anaal Nathrakh en live, ex-Mistress…) et Officer R. Kordhell (tous instruments, Anaal Nathrakh, Born to Murder the World, ex-Frost, ex-Fukpig, ex-Mistress…) s’allient à nouveau pour The Bodycount Continues.

La thématique reste inchangée : le gore, l’horreur et la violence seront à l’honneur sur ce sophomore ! On commence avec Request Backup, une introduction qui propose un doux clavier sur lequel se greffe un sample puis finalement une rythmique qui n’annonce que du bon. Puis c’est un cri d’effroi qui lance la machine sur The Bodycount Continues. Très entraînante, la composition frappe avec des riffs simples, parfois accompagnée par un doux clavier. Vous aurez sans nul doute reconnu le thème d’Halloween sur The Terror Begins, le morceau suivant. Entre cette rythmique lourde, le clavier, ces hurlements et ces choeurs effroyables en arrière plan, le titre est excellent ! L’oppression sera le maître mot de Slaughter High, une composition qui pioche dans cette base Black Metal incisive pour une déferlante de violence, alors que Camp Cadaver se focalise sur les mélodies entêtantes pendant que la rythmique nous écrase.
Doofus mélange rapidité, rythmique martiale et sonorités écrasantes pour nous conter cette histoire dans la tradition des compositions saccadées remuantes. Hack-O-Lantern reprend également le thème du film Halloween ainsi que des samples étranges pour frapper tout en restant très entrainante. Une brève pause juste avant ce refrain entêtant lui permet d’être explosif, alors que Thrill Me! se veut plus sombre. On se retrouve entouré de sonorités effrayantes, puis les riffs frappent soudainement. L’esprit (Necro)Punk de Street Trash en fait le morceau idéal pour débuter une séance de mosh, tout en se laissant finalement porter par un refrain aux tonalités aériennes qui contrastent avec la violence pure libérée par le groupe. Dead Alive, le dernier morceau, pioche également dans quelques samples sombres pour distiller les riffs puissants, alors que le vocaliste nous crache littéralement dessus. Le final est très mélodieux, et nous offre même une partie lead tranchante.

La recette de Make Them Die Slowly est simple mais diablement efficace. The Bodycount Continues mêle à la perfection les samples et références horrifiques à une rythmique lourde et puissante. Ce deuxième album est une réussite !

95/100

English version?

2 thoughts on “Review 330 : Make Them Die Slowly – The Bodycount Continues

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.