Review 426 : Stass – Songs of Flesh and Decay

Stass frappe à nouveau.

L’alliance de Felix Stass (chant, Crematory) et Rogga Johansson (guitare, Paganizer, Revolting, Monstrous, Ribspreader, Megascavenger, Johansson & Speckmann…) nous offre Songs Of Flesh and Decay, leur deuxième album ! A leurs côtés, Kjetil Lynghaug (guitare, Paganizer…) et Erik Bevenrud (batterie, Monstrous) complètent le line-up. 

Sans surprise, le combo officie dans un Death Metal Old School à la suédoise gras et criard teinté d’influences Black Metal vicieuses. La hargne des deux fondateurs est plus que perceptible à travers ces dix morceaux, complétés par une outro. Dreams of the Rotten Flesh nous jette d’entrée dans la gueule du loup, entre blasts, riffs déchirants et le chant reconnaissable du frontman, puis Forest of Bony Fingers nous lacère grâce à cette rythmique sanglante aux leads perçants. Le son devient plus sombre et lancinant avec Beneath a Darkened Moon, un morceau massif mais inquiétant avant le refrain, puis on passe à la courte mais entraînante I Work at Night avec ses leads fantomatiques avant de se faire écraser à nouveau par les sonorités lourdes et purulentes de Sounds of Terror.
Fear of the Living Dead propose à la fois un son Old School sublimé par le mix, mais également une rythmique sur laquelle il est presque impossible de ne pas remuer la tête en attendant ce lead terrifiant, puis l’énergie impie refait surface avec As the Seasons Bleach Your Bones. Le titre prend également des éléments de Brutal Death couplées à ces mélodies violentes, créant un contraste entrainant avant la grasse Skin That Peels Away. On peut sentir ces riffs gras éclabousser les instruments du groupe rien qu’en écoutant le titre, et il faudra probablement faire attention dans les premiers rangs des concerts de la formation. The Skeletons Are Ready retourne dans ces sonorités ralenties et oppressantes mais martiales, contrastées par des leads perçants, puis Hatchet Lover nous offre une dernière dose de rage pure et explosive avant que The Revenge Of The Bog (Sounds of Terror II) ne referme ce chapitre avec des sonorités terrifiantes.

L’univers de Stass navigue entre horreur et Death Suédois gras, et le mélange est extrêmement efficace. Songs of Flesh and Decay mélange l’identité des deux membres fondateurs tout en ajoutant cette dose de puissance requise pour en faire un des albums incontournables de l’année.

90/100

English version?

One thought on “Review 426 : Stass – Songs of Flesh and Decay

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.