Review 491 : Hænesy – Garabontzia

Le mystère enveloppe Hænesy.

Créé en 2017, le groupe se compose aujourd’hui de H. (guitare/claviers/composition, Mádra), A. (chant/paroles) et T. (batterie/effets), pour la sortie de Garabontzia, leur deuxième album.

J’avoue ne savoir par quoi débuter. Si l’introduction de Fate of the Depth est douce et mélancolique, les claviers inquiétants viennent rapidement assombrir le mélange avant de nous laisser absorber cette vague d’intensité. Du Black Metal ? Bien sûr. Du Post-Metal ? Bien sûr. Mais le groupe est loin de se limiter à ce style si intéressant. Les leads sont plus aériens que jamais, les hurlements plus profonds que les abysses, et le mélange est incroyable. Un break vient nous permettre de respirer, mais les mélodies noires reviennent progressivement gronder, puis nous lâchent sur Sinking Deep for a Hidden God, un morceau tout aussi saisissant et planant. Le contraste entre l’impénétrable rythmique surmontée par ces hurlements terrifiants et ces leads doux et entrainants est captivant, mais également étouffant, tout comme les reprises de breaks.
L’introduction de Path to the Weeping Hollow vient nous caresser avant de nous lacérer de toutes parts, entre des sonorités tranchantes et apaisantes, alors que les hurlements du vocaliste en arrière plan viennent ajouter des sonorités noires, qui demeurent sur les passages plus calmes, puis Létrontás vient placer des tonalités pesantes. Je ne reconnais pas la langue sur ce discours, mais l’ambiance est étouffante. Drowning of the Final Intellect renoue avec ces riffs enchanteurs et malsains, qui nous prennent à la gorge sans prévenir après quelques notes douces. Le morceau dégage une certaine quiétude, mais également des influences profondes et plus noires qui s’apaisent avec un final doux, puis qui reprennent vie avec The Archives. Le titre est très influencé par un Metal Prog/Post-Metal très malsain et entêtant, qui profite d’un break pour faire s’élever un riff à la fois calme, pénétrant et planant. L’onirique Asphyxia vient en dernier, et son introduction laisse place aux sonorités que l’on rencontre depuis le début de l’album. Le mélange entre la sombre rythmique saturée et les doux leads lumineux crée un contraste pénétrant et étrange que l’on ne peut s’empêcher de savourer tout s’interrogeant sur les paroles hurlées.

Vous pensiez découvrir un groupe de Black Metal ? Hænesy est cent fois plus que ça. Garabontzia mélange des influences Post, Atmosphériques, Ambient et Expérimentales pour créer un univers mélancolique, planant, étouffant, fantomatique et saisissant. Vous ne regretterez pas d’avoir essayé.

98/100

English version?

One thought on “Review 491 : Hænesy – Garabontzia

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.