Review 546 : Creeping Fear – Hategod Triumph

Qui a dit que la France n’avait pas son à mot à dire en matière de Death Metal ? Sûrement pas Creeping Fear.

Créé en 2010 par Clément Ducouret (guitare/chant) et Gabriel Hammel (guitare), le groupe nous propose aujourd’hui Hategod Triumph, son deuxième album, après un remaniement de line-up qui introduit Paul “Lithopedion” Saada à la basse et Atc de Giotto à la batterie.

Si leur première démo a montré que les franciliens savaient y faire en matière de Death Metal, leur premier EP a confirmé leur réputation au niveau national. Leur excellent premier album les a fait devenir l’un des fer de lance du Death underground, et Hategod Triumph confirme leur position de groupe montant de la scène au niveau international.
Qu’attendez-vous de l’album ? Des riffs efficaces, du blast et des hurlements caverneux ? Il y en aura. Des sonorités brutes, de la vitesse et des sonorités impies ? N’en dites pas plus. Si le groupe a renouvelé son partenariat avec Dolorem Records, c’est qu’ils proposent bien plus que ça. A cette base Old School qui tend vers le Grindcore que l’on découvre avec Collapse, le groupe ajoute rage, furie et dissonance malsaine, tout comme sur la puissante Hate Crush Consume, qui sera définitivement leur prochaine signature en live. Le titre est à la fois simple et efficace, mais pourtant si empreint de leur touche personnelle, tout comme Deceitful Tongues et ce break final lancinant et sombre.
Hategod Triumph, le titre éponyme, nous confirme que l’efficacité du groupe n’est plus à prouver, mais que l’ambiance qu’ils instaurent est à la fois apocalyptique et ravageuse, tout en nous rappelant la HM-2 si chère aux suédois. Wearing the Skin of the Wicked est à la fois plus rapide et plus tranchante, tout en conservant ces sonorités grasses agressives et cette accélération caractéristique du style. Sans surprise, We Belong to the Crypts est un morceau plus sombre qui déborde de cette énergie impie empruntée au Black Metal, et le son qui est parfois coupé net offre une puissance indescriptible. Le groupe propose également une dissonance mystérieuse sur Summoned in Hellfire’s Blood, puis c’est From Wombs to Battlefield, l’un des morceaux les plus bruts qui referme cet album dans la pure tradition du Death/Grind Old School.

Vous aimez le Death Metal ? Vous aimerez Creeping Fear. Si le groupe propose des sonorités Old School puissantes, Hategod Triumph est également rempli de sonorités impies, dissonantes et violentes qui piochent dans le Black et le Grind sans jamais jurer.

95/100

English version?

One thought on “Review 546 : Creeping Fear – Hategod Triumph

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.