Review 576 : Saille – V

Saille revient présenter V, son cinquième album.

Créé en 2009 en Belgique par Reinier Schenk (guitare, Fleshmould), le groupe bouge et change régulièrement de line-up, tout en sortant des albums. Accompagné de Kristof Van Iseghem (basse), Kasky Svart (guitare, The Last Oblation, ex-Bizarre), Jesse Peetoom (chant, Aran Angmar, DunkelNacht, Yaotzin) et Tony Van den Eynde (batterie, Mordkaul, ex-Leng Tch’e), le groupe nous propose un nouvel album. 

Récemment signé chez Black Lion Records, le groupe propose un Black Metal aux accents Symphoniques qui se découvre avec l’oppressante Suffering Sanctuary. Riffs malsains, hurlements perçants doublés de choeurs hurlés et une rythmique solide se rejoignent avant un break sombre, puis les riffs du combo frappent à nouveau, nous emportant dans leur univers. Fetid Flesh est la suivante, et le groupe nous expose un tableau à la fois vicieux et morbide, sur lequel les musiciens tissent des riffs bruts qui accompagnent une ambiance à la fois sombre et mystique. Charnel Chamber nous offre des mélodies lancinantes et séductrices, sur lesquelles le groupe crée une ambiance étouffante mais passionnante. Quelques choeurs rejoignent la rythmique, puis une langueur s’installe jusqu’au final, qui nous ouvre les portes de Loathsome Legacy, un titre lourd et plutôt rapide. Le morceau nous enveloppe dans une ambiance angoissante créée par un clavier, tout en assénant ses riffs, laissant au vocaliste une totale liberté.
Empty Expanse nous offre un contraste entre hurlements agressifs et une rythmique dissonante très Old School, tout en nourrissant une ambiance malsaine, chaotique et impie, suivie des harmoniques entêtantes de Baleful Beauty. Le titre est incisif, le tempo est rapide, mais les guitares développent un voile de dissonance extrême et brumeux, qui laisse au chanteur la possibilité de murmurer ou de hurler, alors que Terror Tapestry impose une noirceur étouffante. Le groupe nous lance de force dans une ambiance sinistre et ravageuse, complétée par une rythmique brute qui finira par accélérer pour créer un chaos hurlant, doublé d’une rage viscérale. Le groupe nous offre une dernière composition en tant que titre bonus, la groovy Mirror Motions déjà présente sur le précédent EP. Ceux qui suivent le groupe depuis quelques temps seront heureux de headbanguer à nouveau sur ce titre majestueux, alors que ceux qui découvrent la formation se feront happer par cette violence malicieuse et hargneuse.

La réputation de Saille ne cesse de grandir, et V va y participer. L’album nous happe immédiatement dans son univers majestueux, malsain, viscéral et sombre pour nous laisser partir seulement lorsqu’il se termine.

85/100

English version?

One thought on “Review 576 : Saille – V

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.