Review 628 : Candlemass – Green Valley

Candlemass - Logo

Je ne vous ferais pas l’affront de vous expliquer qui sont Candlemass.

Le légendaire groupe de Doom Metal suédois a décidé d’enregistrer son unique concert et live stream en confinement de 2020, connu sous le nom de Green Valley. Place à Johan Längqvist (chant), Mats Björkman (guitare), Lars Johansson (guitare), Leif Edling (basse) et Jan Lindh (batterie).

Pour ce live, Candlemass a choisi de nous offrir une setlist axée sur les légendaires quatre premiers albums qui ont permis au groupe d’acquérir ses lettres de noblesse et de forger le son du style. On retrouve évidemment la mythique Well of Souls, l’entrainante Mirror Mirror ou encore la sombre Bewitched, qui ont traversé les âges avec ce son Old School si entêtant et mélancolique, mais également plusieurs interprétations selon le line-up. Mais aujourd’hui, on retrouve à la fois Leif Edling à la basse après plusieurs années d’absence, mais également la légendaire voix brute de Johan Längqvist, vocaliste sur le premier album des suédois.
Est-ce que les morceaux sont effectués à la note près ? Non, et c’est ce qui fait le charme du live. L’ambiance pesante et captivante est présente, mais les tonalités brutes du live également. Le groupe interprète bien évidemment des classiques de cette partie de leur impressionnante discographie, mais également Astorolus, une composition issue de leur dernier album, qui nous montre que cette énergie lancinante est toujours présente. Au risque de paraître un peu “fan service”, le groupe nous offre une véritable performance à l’ancienne, qui ravira les fans mais également tous ceux qui découvrent le groupe. A leur habitude, les suédois nous offrent une performance brute et mélodieuse, offrant un univers en ruines qui se termine par la mythique Solitude, une complainte mélancolique et reconnaissable entre toutes. Mais le groupe ne s’arrête pas là, en nous proposant un bonus de qualité : un enregistrement live d’une balance de Demon’s Gate. Une fois de plus, le titre est mythique et nous montre que le groupe est en pleine possession de ses pouvoirs.

Candlemass n’a plus rien à prouver depuis le début de sa carrière. Avec le live Green Valley, le groupe montre qu’il connaît et maîtrise mieux que personne son art, qui a façonné le Doom il y a des années, mais aussi que la scène nous manque autant qu’à eux.

95/100

English version?

One thought on “Review 628 : Candlemass – Green Valley

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.