Review 630 : Artillery – X

Les légendes ne meurent jamais, et Artillery en fait partie !

Créé au Danemark en 1982, le groupe s’arrêtera de 1993 à 1998, puis de 2000 à 2007 avant de s’imposer à nouveau dans le Thrash Metal. En 2021, Michael Stützer (guitare lead depuis 1983), Peter Thorslund (basse), Josua Madsen (batterie), Michael Bastholm Dahl (chant) et Kræn Meier (guitare) sortent X, le dixième album du groupe.

Onze titres tranchants qui démarrent avec The Devils Symphony, un morceau à l’introduction étrange qui sera vite remplacée par des riffs rapides et éclatants. Pour ceux qui en doutaient encore, le groupe joue du Thrash dans la plus pure tradition du style, accompagné d’un chant très aigu motivant, qui continue sur In Thrash We Trust, sorte d’hymne violent au style. Si quelques passages plus orientés Heavy se font entendre, le groupe n’hésite pas à user d’une rythmique solide, de choeurs et de leads hurlants pour nous faire comprendre que la violence les animes, tout comme sur la motivante Turn Up the Rage. Le morceau est très vif et place le chant au premier plan tout en offrant des riffs fédérateurs avant Silver Cross, un titre très orienté Heavy, mais tout aussi efficace. Les instruments ressortent tous très bien du mix, proposant des passages intéressants avant In Your Mind, une composition qui sait alterner rythmique martiale agressive et un refrain très entraînant avec des passages planants.
Le groupe enchaîne avec The Ghost of Me, une Power ballad mélancolique et mélodieuse qui contraste énormément avec les autres compositions, tout en restant intéressante, puis Force of Indifference renoue avec l’agressivité pure grâce à ces riffs tranchants. L’énergie est palpable sur ce titre fédérateur, puis le groupe nous propose Varg I Veum, une composition qui mêle à la fois la hargne de la rythmique et le côté plus calme des refrains tout en restant assez lourd, surtout sur ce final oppressant avant Mors Ontologica. Si vous débutez dans le Thrash, allez écouter ce titre qui emprunte autant aux sonorités Old School qu’à un Heavy Metal burné, tout en proposant le meilleur des deux styles. La fin de l’album se dessine avec ce son de basse métallique sur l’entrainante Eternal Night, un morceau très Old School qui nous fera facilement remuer la tête, puis Beggars in Black Suits, un morceau qui nous donne envie de headbanguer furieusement pendant la rythmique, puis de hurler avec le vocaliste sur les refrains.

Artillery n’a pas changé sa recette, et elle est toujours efficace. X continue l’aventure du groupe, qui joue sur ses racines de Thrash Old School en ajoutant quelques parties plus Heavy pour nous donner offrir des compositions sur lesquelles headbanguer toute l’année.

75/100

English version?

One thought on “Review 630 : Artillery – X

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.