Review 631 : Against Evil – End of the Line

Against Evil revient aux bases du Heavy Metal.

Créé en Inde en 2014, le groupe propose un EP en 2015 puis un album en 2018. Rapidement, Siri Sri (basse/chant), M Sravan Chakravarthi (guitare/chant), Shasank Venkat (guitare lead) et Noble John (batterie) partent pour l’Europe, où ils enregistrent un album live, puis le groupe se met à la composition de End of the Line, son deuxième album studio.

Le groupe est récent, et sa popularité l’est encore plus, mais ce qui anime les musiciens, c’est un Heavy Metal à l’ancienne, inspiré par les plus grands et teinté de Thrash, de Power et parfois de Speed. Avec ces huit nouveaux titres, le groupe est bien déterminé à prouver que leur réputation grandissante est méritée ! On retrouve également All Things Rotten pour un artwork qui reste dans la lignée des précédents, mettant le groupe en scène.
Toutes les caractéristiques d’un Heavy Old School sont présentes dès la solide The Sound of Violence, un titre martial et entraînant, sur lequel on a déjà envie de remuer la tête au rythme des années 80. La maîtrise est également présente dans ce chant soutenu par des choeurs et dans ces leads perçants, tout comme sur la groovy Speed Demon, une composition énergique et explosive. Le groupe accueille Billy Sheehan (Mr Big, The Winery Dogs, ex-Talas, ex-David Lee Roth…) à la basse pour Out for Blood, un titre accrocheur et efficace qui saura sans souci convaincre les foules du monde entier, en se teintant de quelques accents Glam faciles d’accès, et d’un refrain entêtant au possible, tout en gardant des riffs tranchants, puis on repart dans la lourdeur avec Call to War, un titre plus sombre mais tout aussi groovy et fédérateur.
Un sample nous annonce le début d’End of the Line, l’épique titre éponyme, qui reste dans cette ambiance martiale et lourde. La rythmique est plus qu’efficace, et les nombreux leads lui donnent des tons Thrash Metal, alors que le groupe pioche dans le Power Metal pour Sword of Power, un titre énergique et prenant. Le morceau est plutôt motivant et plaira sans souci aux amateurs de sons Old School, tout comme la fédératrice Metal or Nothin’, une composition qui a tout du prochain hymne du groupe. Si le sample introductif déchaîne déjà les foules, cette rythmique simple et lourde fera le reste sans l’ombre d’un doute. Le groupe nous propose ensuite Fearless, un titre dont les harmoniques énergiques nous galvanisent avant de clore l’album avec un réenregistrement de War Hero, l’un des titres phares du groupe, qui bénéficie d’un son à la hauteur des ambitions du groupe.

Against Evil a tout d’une prochaine tête d’affiche. End of the Line prouve deux choses. La première, que le groupe a parfaitement retenu la leçon du Heavy Metal, en offrant des compositions solides et énergiques. La deuxième, ils sont loin de s’arrêter là et vont continuer de grandir dans le futur !

90/100

English version?

2 thoughts on “Review 631 : Against Evil – End of the Line

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.