Review 671 : Goats of Doom – Shiva

Goats of Doom revient blasphémer.

Le groupe finlandais composé de Scaregod (chant/guitare/basse), A.H. (chant), T.T. (guitare/choeurs), R.P. (batterie) et T.R. (basse/choeurs) ont décidé de changer d’univers avec Shiva, leur sixième album.

Tout d’abord, pas de panique : le style du groupe est toujours ancré dans le Black Metal ! Cependant, le groupe propose également des influences plus mystiques, voir parfois joyeuses, et moins brutes qu’auparavant. On sentirait presque des touches de Folk sur ap?kály, le premier morceau. Les hurlements et les harmoniques tranchantes se posent sur une rythmique entrainante, qui ne tardera pas à accélérer, puis à s’orner de diverses influences et de choeurs prenants. Le son de Uljas uusi maailma nous confirme ce virage très accrocheur aux sonorités indiennes mystiques qui conserve tout de même cette rage folle et viscérale, alors que leurs racines refont surface sur Luomiskertomus. Le titre mélange des leads glaciaux avec une rythmique enjouée et des tonalités plus colorées, offrant un mélange surprenant et très entêtant.
Le contraste continue sur Armon varjot, un morceau qui n’hésite pas à passer par un doux son clair sur lequel le chant du vocaliste propose une mélancolie rapidement reprise par des choeurs et des riffs fédérateurs. Les voix passent des cris au chant clair, puis Korjuu propose des passages plus lourds, entre hurlements et lenteur lancinante. L’ambiance devient également plus aérienne, créant une dualité intense et prenante, surtout lorsque les harmoniques tranchantes cessent pour laisser place à cette chorale aux nombreuses voix. Rotat laisse les influences piochées dans le Black Metal Mélodique s’exprimer sans gêner les hurlements divers, puis ce sont les leads qui passent sur le devant de la scène avant que le morceau ne devienne plus calme. Shiva, la dernière composition, mêle un son clair envoûtant avec des mélodies folles et une base agressive, illustrant à merveille ce nouveau contraste avec lequel le groupe évolue à présent, tout en laissant chaque nuance s’exprimer.

Le changement de Goats of Doom n’est pas aussi radical qu’on peut le croire. Shiva offre de nouvelles influences plus joyeuses au son brut du groupe, ce qui peut perturber les amateurs de longue date, mais cette originalité est très séduisante !

85/100

English version?

One thought on “Review 671 : Goats of Doom – Shiva

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.