Review 675 : Frozen Wreath – Memento Mori

Frozen Wreath sort son premier album.

Intitulé Memento Mori, il a été composé par Roland Neubauer (chant, Witcher, Vrag) et Zoltán Szele (instruments, De Profundis) en Hongrie l’an dernier.

Entre un Black Metal Atmosphérique brut et des influences Folk/Pagan, le son du groupe se dévoile en nous enveloppant dans une ambiance à la fois déchirante et agressive, tout en proposant des tonalités aériennes. Côté illustration, Olga Kann (Endless Funeral, Engraving Infinity, Monumentum Damnati…) a fait des merveilles.
Huit morceaux, plus de quarante minutes d’une complainte lancinante qui débute avec Megsárgult fényképek, une composition sur laquelle on sent le plus les racines Pagan. Froideur, violence et douceur se mêlent dans un son prenant et entêtant, puis Halott ígéret met en avant le son impénétrable et glacial du Black Metal, toujours teinté de cette sombre quiétude, accompagné d’un poème du hongrois József Attila conté par Latinovits Zoltán, offrant un break déchirant, même sans comprendre la langue, puis la rythmique refait surface avant Miért?, un titre épique. Le son brut de ce morceau martial et pesant lui donne une saveur unique, alors qu’?sz repart dans ce mélange de Black Metal rapide et de Pagan Metal sauvage. Les leads perçant chevauchent un blast effréné qui ne s’apaisera que pour laisser l’ambiance sombre nous entourer, puis la lente et mélancolique A k?szikla megmarad prend la suite. Le titre accélèrera sans perdre cette douloureuse amertume, alors que Feltámadás est beaucoup plus énergique. L’ambiance mystique couplée à ce son Old School nous propulse immédiatement dans une tempête de son glacial, auquel s’ajoute un clavier majestueux. On repart dans la mélancolie avec Memento Mori, le titre éponyme. Les riffs du groupe sont pesants, et l’ajout des claviers les rend encore plus déchirants, tout comme l’arrivée de ces hurlements viscéraux après l’accélération. Fagyott koszorú, le dernier morceau de l’album, rend hommage à H.N., décédé en 2020, avec une composition qui nous porte lentement jusqu’à ce Black Metal sale et brut des années 90 ne cesse , brisant cette sorte de bulle temporelle de froideur majestueuse.

La mélancolie habite Frozen Wreath. Memento Mori est un album glacial qui rappelle les tonalités des années 90, époque où le Black Metal était viscéral et rempli de mélodies brutes aux influences Pagan.

90/100

English version?

One thought on “Review 675 : Frozen Wreath – Memento Mori

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.