Interview : Suidakra

Arkadius Antonik, guitariste, chanteur et fondateur du groupe allemand SuidAkrA, a pris le temps de répondre à quelques questions concernant la sortie de Wolfbite, le quinzième album du groupe.

Chronique de Wolfbite – bientôt disponible

English version?

Bonjour et tout d’abord, merci beaucoup de prendre de ton temps pour mes questions ! Pourrais-tu s’il te plaît vous présenter, le groupe SuidAkrA et toi ?
Arkadius Antonik (guitare/chant) : SuidAkrA est un groupe de Metal Celtique, dont les membres sont à présent principalement de Hambourg et ses alentours. Créé en 1994 sous le nom d Gloryfication, nous affichons maintenant 27 ans de carrière du groupe, avec quinze albums sortis et plus de 500 concerts joués à travers le monde.

Le nom SuidAkrA vient de ton propre nom, Arkadius, mais écrit à l’envers. D’où vient cette idée ?
Arkadius : Le nom du groupe à l’origine vient d’une idée commune des membres du groupe il y a un très, très long moment :-). A l’époque nous avons simplement commencé à lire nos noms à l’envers et quand c’est arrivé à mon tour, Arkadius, le mot “Suidakra” est apparu, on l’a apprécié et il existe toujours aujourd’hui.

Wolfbite, votre quinzième album, sort le 25 juin. Comment te sens-tu ? Est-ce que tu as déjà eu des retours ?
Arkadius : Les retours ou mieux encore les réactions et attentes du nouvel album que nous avons remarqué jusqu’ici sont plus que positives. Nous avons été un peu surpris et impressionnés par tant de réactions concernant la future sortie, comme nous avons commencé avec l’album acoustique de 2018 Cimbric Yarns suivi par le réenregistrement en acoustique d’anciens titres en 2019 appelé Echoes Of Yore, le dernier album de Metal avec Realms of Odoric en 2016. De plus, à cause de la situation mondiale du Corona, il n’y a bien évidemment plus de concerts depuis un long moment. Mais peut-être que c’est la raison derrière autant de réactions positives, d’attentes et de retours de la sortie finale du nouvel album, dont nous sommes bien évidemment très contents !

Quelle est l’histoire derrière cet album ?
Arkadius : Wolfbite est un concept album basé sur la bande son du projet Realms of Odoric de Kris Vervimp et moi. Alors que l’album du même nom Realms of Odoric est sorti en 2016, dédié au Premier Âge, l’album Wolfbite est maintenant totalement tourné vers l’histoire d’Alaric et le Second Âge. Comme une sorte de contrepartie, en quelque sorte. Kris Vervimp a re développé le concept des paroles, l”histoire de fond et le design, et une fois encore il a fait un travail fantastique.

Comment s’est passé le processus de composition ? Est-ce que tu as remarqué une évolution depuis les précédents albums ?
Arkadius : Bien sûr nous avons l’avantage de ces 13 dernières années d’expériences, donc la phase de composition est plus efficace maintenant qu’elle l’était auparavant. Nous savons exactement dans quelle direction nous devons composer et ce qui est important pour créer une certaine atmosphère.

Vous avez collaboré avec le producteur Aljoscha Sieg, comment s’est passé cette collaboration ?
Arkadius : A cause d’obligations familiales, les particularités de travail de chacun dans le groupe ainsi que la distance entre nous, nous recherchions une solution simple, flexible et qui en même temps de détériorerait pas la qualité de la production, et une alternative au “studio habituel”, sur une même période de travail. Rapidement nous nous sommes tournés vers le Pitch Back Studio et Aljoscha Sieg, que nous connaissions par le passé. Ses références musicales nous ont impressionnés et nous avons pensé que ça collerait très bien avec notre prochain album Wolfbite. Nous y avons vu un grand avantage, entre autres, dans le fait de pouvoir jouer, et éditer toutes nos parties de manière flexible dans nos propres studios chez nous. Nous avons pu exercer nos influences au maximum sur l’enregistrement et la qualité de jeu des morceaux entiers. Dans un studio “normal”, le timing est précis, et il y a une structure assez serrée qui nous est donnée. Les changements d’idées et les ajustements sont seulement possibles de manière limitée. Maintenant nous pouvons travailler sur chaque petit bout de morceau aussi longtemps qu’on le souhaite jusqu’à le trouver parfait. Aljoscha et son équipe ont ensuite fait un travail absolument fantastique dans le mix et le mastering, nous en sommes plus que satisfaits ! La coopération a été géniale ! Incroyablement peu compliquée, extrêmement professionnelle et au final le résultat va éblouir les auditeurs, j’en suis convaincu !

Il y a beaucoup de musiciens invités sur Wolfbite, comment leur as tu demandé de participer à cet album ?
Arkadius : La plupart des musiciens invités ont déjà travaillé avec moi sur le précédent album, ou sur mon projet Realms Of Odoric. C’est pourquoi c’était facile pour moi de leur demander à tous, et vu que nous avons déjà travaillé efficacement ensemble par le passé, c’était clair pour tous, nous devions travailler ensemble à nouveau sur Wolfbite.

Wolbite possède selon moi un équilibre parfait entre des parties rythmiques lourdes, des mélodies accrocheuses et une ambiance Folk, comment as tu créé un tel univers ?
Arkadius : Quand tu fais de la musique depuis 25 ans et que tu as déjà sorti 13 albums, eh bien tu sais parfaitement dans quelle direction il faut aller et composer. L’histoire de l’album donne également une direction, et j’essaye toujours de trouver un équilibre parfait entre les différents éléments musicaux.

Au début, ta musique était un peu plus sombre, est-ce que tes inspirations ont évolué avec le temps ? Qu’est-ce qui t’inspire à présent pour créer de la musique ?
Arkadius : Oui, il y avait des groupes comme Blind Guardian, Satyricon, In Flames ou Dissection qui m’inspiraient au début, donc ça a un peu changé avec le temps et je me suis moins orienté sur des groupes mais plutôt sur mon propre son, et sur le concept des paroles des albums.

Le groupe a été créé en 1994 et tu en es le seul membre original, est-ce que tu pensais que le groupe durerait autant ?
Arkadius : Jamais, je n’ai jamais pensé aussi loin dans le futur, seulement au prochain album. Et quand tu penses à combien de groupes il y avait au début, qui ont commencé en même temps que nous, et combien n’existent plus à présent. Je suis plus que fier de ce que nous avons créé avec SuidAkrA.

Malheureusement, le Covid-19 est apparu au début de l’année 2020 et a foutu en l’air pas mal de choses. Comment avez-vous géré la situation en tant que groupe ?
Arkadius : Nous avons utilisé le temps pour nous concentrer plus sur la musique et les nouvelles choses. Donc nous avons pu gérer plutôt bien la situation sans tomber en dépression 😉

Je sais que c’est difficile de planifier des choses en ce moment, mais est-ce que vous avez quelque chose de prévu pour la sortie de l’album ? Ou pour le futur du groupe ?
Arkadius : Tu as raison, ce n’est pas facile en ce moment. J’espère juste que les fans qui ont été tellement loyaux avec nous pendant les années passées trouveront l’album aussi bon que nous. Par ailleurs, je ne suis pas trop inquiet.

Comment as-tu découvert le Metal à l’époque ? Et le Metal Folk ?
Arkadius : J’ai découvert le Metal quand j’étais adolescent, via AC/DC et Metallica, et notre guitariste à l’époque a apporté cette touche de Folk au groupe.

Est-ce que tu te souviens de la première fois que tu as joué d’un instrument ? Quand et comment est-ce que ça s’est passé ?
Arkadius : Oui, c’était une guitare, j’ai toujours voulu jouer de la guitare parce que j’étais un fan d’Angus Young, mais malheureusement ce n’était pas ce que j’avais imaginé. J’aurais adoré pouvoir jouer un solo dès la première fois, mais ça m’a pris quelques mois supplémentaires hahaha.

Je sais que l’Allemagne est une terre de Metal, et que SuidAkrA en fait partie depuis un long moment maintenant (je n’ai qu’un an de plus que le groupe !), mais est-ce que tu as ressenti une évolution de la scène Metal ?
Arkadius : La scène évolue et change en permanence. Je pense que c’est une bonne chose dans toute scène musicale, car c’est un développement et ça assure l’émergence de nouveaux groupes et nouveaux styles.

Qu’est ce que tu aimes dans ta musique que tu ne retrouves pas dans d’autres groupes ?
Arkadius : Le mélange entre la violence et le Folk. Avec SuidAkrA je peux faire la musique que je veux entendre.

Est-ce que tu as des hobbies en dehors de la musique ? Et est-ce que tu as également un travail, ou est-ce que les revenus de ta musique te permettent de vivre ?
Arkadius : Oh j’ai beaucoup de hobbies, comme le gaming, le football américain, ou juste regarder des films. J’ai également un travail, parce que vivre de sa musique est quasiment impossible. Mais je suis très content de cette situation.

Quelle est ta meilleure et ta pire expérience en tant que musicien ?
Arkadius : Il y en a trop pour en citer. Être dans un groupe c’est parfois les montagnes russes au niveau des émotions. Mais je ne dirais pas qu’il y en ait une expérience particulière qui soit bonne ou mauvaise.

Est-ce que tu as déjà entendu parler de la scène Metal française ? Quels groupes français connais-tu ?
Arkadius : Bien sûr, il y a Gojira qui me vient tout de suite en tête. Immédiatement après, le groupe Alcest, j’ai d’ailleurs écouté le titre Sur L’Océan Couleur De Fer hier encore.

Et si je te demandais de comparer la musique de SuidAkrA avec un plat ? Lequel choisirais-tu et pourquoi ?
Arkadius : Puh, c’est difficile à dire. Au moins un plat avec beaucoup d’ingrédients différents.

Dernière question : avec quels groupes aimerais-tu tourner ? Je te laisse créer une tournée avec SuidAkrA et trois autres groupes !
Arkadius : Pour être honnête c’est une tournée que nous avons déjà faite, et j’aimerais la rejouer. C’était la tournée avec Children Of Bodom et Soilwork. Je pense que j’ajouterai Blind Guardian au line-up. Ce serait parfait.

C’était ma dernière question ! Merci d’avoir pris de ton temps, je te laisse les mots de la fin !
Arkadius : Merci pour cette interview ! Allez écouter notre nouvel album Wolfbite et continuez de headbanger !

One thought on “Interview : Suidakra

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.