Review 678 : Sordide – Les Idées Blanches

L’art crasseux de Sordide apparaît à nouveau.

Le groupe français composé de Nehluj (guitare/chant, Ataraxie, Void Paradigm), Nemri (batterie/chant, Malemort, Monarch) et Nebhen (basse, Mòr, Telümehtår) nous propose Les Idées Blanches, son quatrième album.

Après deux albums chez Avantgarde Music, un split avec leurs compatriotes de Satan et un album en indépendant, le groupe signe chez Les Acteurs De L’Ombre pour ce quatrième méfait. Comme tous les groupes de Black Metal français, Sordide possède un son bien à lui, que le groupe a déjà développé sur ses précédentes sorties, et qui continue avec Je n’ai nul pays, le premier morceau. Le son est morbide mais très entraînant, et ce chant hurlé en français apporte une certaine saveur, entre crasse et originalité. Le groove putride bardé d’harmoniques dissonantes continue sur l’épaisse Ruines futures, un titre plus massif mais également assez dérangeant et hypnotique, usant de patterns très répétitifs sur un esprit assez Punk brut, tout comme sur L’atrabilaire, un morceau assez lent et lancinant qui prend le temps de développer ce son aérien, doublé de paroles travaillées. L’oppression joue un rôle proéminent sur ce titre, et surtout sur le final, qui cesse brusquement pour donner naissance à la mélancolique Ne savoir que rester. Le titre est plus doux et accessible mais pas moins sombre, empruntant à des styles ambiants tout en déployant des harmoniques dissonantes aériennes, puis Les idées blanches renoue avec un son pesant après une introduction assez mélodieuse. Le Black Metal brut et tranchant du groupe refait surface avec des tonalités plus lentes, nous offrant un paysage sonore dévasté, mais le tempo accélère à nouveau avec Le silence ou la vie et ses patterns énergiques aux influences morbides. C’est avec Vers jamais, le dernier morceau, que le groupe nous déverse toutes ses influences. Pendant huit minutes, le groupe nous propose un son malsain, que ce soit lors des parties lentes et lancinantes ou sur ce sursaut de rapidité lors de la deuxième moitié du morceau.

Le style unique de Sordide est accrocheur, et le groupe sait parfaitement l’exploiter avec Les Idées Blanches. Que les influences soient énergiques ou plus ambiantes, les riffs frappent avec la même rage et la même envie de désolation, accompagnés par une poésie putride et brute.

90/100

English version?

One thought on “Review 678 : Sordide – Les Idées Blanches

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.