Review 692 : Eisregen/Goatfuneral – Bitterböse

Eisregen revient en compagnie de Goat Funeral, son alter ego, pour un split nommé Bitterböse.

Composé des mêmes membres, à savoir Michael “Blutkehle” Roth (chant) et Ronny “Yantit” Fimmel (aka “Isaac Goaten”, instruments), Eisregen voit le jour en 1995 et totalise quatorze albums au compteur, alors que Goat Funeral naît en 2006 et n’a sorti qu’un seul album. On retrouve également M. Stock (Empyrium, The Vision Bleak…) à la basse ainsi qu’au mix/mastering. 

Eisregen engage les hostilités avec ce son Black/Death aux influences Gothiques pour six titres. Si Sei mein Totenlicht propose un son inquiétant mais prenant, la violence fera rapidement surface pour quelques riffs lourds, pendant que les cris morbides du vocaliste participent à cette ambiance oppressante, puis Bitterböse propose une rythmique plus incisive et rapide avant de faire naître des harmoniques entêtantes. Ein Pfund Fleisch reste dans les tonalités sombres et pourtant majestueuses grâces à des orchestrations et un chant théâtral, puis Heute ist Krüppelnacht mêle une certaine mélancolie à cet univers violent et viscéral. L’ambiance change avec l’entraînante Nur eine weitere Leiche im Wald, une composition assez aérienne, mélodieuse et accessible, puis Am Ende vient clore cette partie avec un son lugubre.
Des murmures nous présentent Hellfire Club – For Members Only le premier titre de Goat Funeral, accompagnés par des riffs Black Metal pur jus, qui finiront pas accélérer, animés par une énergie malsaine. A Spoon Full of Peace prend la suite, proposant une rythmique solide inspirée des racines du style, puis des mélodies prennent le relais avant Antisocial East-German Black Metal, une très courte et violente composition. Way Home mêle des riffs imposants avec une mélancolie prenante pour une composition au contraste intéressant et captivant, puis Dunkeldeutschland propose des sonorités entraînantes bien que sombres et agressives. Satan Calls vient clore l’album avec des riffs aussi motivants et énergiques que malsains, mais également un final surprenant.

Bien qu’animés par les mêmes hommes, Eisregen et Goat Funeral sont deux entités à la personnalité bien distincte. Bitterböse le prouve une fois de plus en proposant des titres très intéressants pour chaque projet, nous permettant de savourer les deux univers en une seule sortie.

80/100

English version?

One thought on “Review 692 : Eisregen/Goatfuneral – Bitterböse

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.