Review 710 : Distant – Aeons of Oblivion

Après nous avoir fait saliver, Distant nous dévoile Aeons of Oblivion, son deuxième album.

Depuis 2014, le groupe oeuvre dans la violence entre Deathcore, Beatdown et Slam depuis les Pays-Bas. Signés chez Unique Leader Records depuis deux ans maintenant, Alan Grnja (chant), Nouri Yetgin (guitare), Vladimir Golic (guitare), Eise Smit (guitare), Elmer Maurits (basse) et Han Mato (batterie) sont prêts.

Bien que le groupe nous ait déjà révélé quelques morceaux avec Dawn of Corruption et Dusk of Anguish, ses deux précédents EPs, on retrouve dix-neuf titres pour plus d’une heure de violence. Quelques invités viennent apporter rage, technicité ou noirceur à cet album, comme Mendel bij de Leij (ex-Aborted), Adam Warren (Oceano), Jason Evans (Ingested), Lochie Keogh (Alpha Wolf), John Robert C (The Last Ten Seconds of Life) ou encore Kyle Anderson (Brand of Sacrifice), et tous s’intègrent à merveille dans l’univers fantastique cruel du groupe.
Dès Pandemonium, une introduction angoissante, on sent que le son sera malsain et surpuissant, puis les morceaux nous le confirment. Instruments sous-accordés, breaks écrasants et riffs assassins qui laissent une place de choix à des vociférations incroyablement agressives, passant du growl caverneux au pig squeal. Mais le groupe a également choisi d’inclure des samples oppressants, sombres et parfois terrifiants à ses compositions, comme sur Hellmouth, Graveborn ou Oedipism, un morceau assez technique et dissonant. Quelques transitions plus courtes nous permettent de respirer, comme The Offering ou The Void, mais la violence n’est jamais loin pour faire honneur à la lourdeur et la rage. Là où le groupe nous surprendra, c’est avec les quatre titres nommés Ritual. Si Ritual I Cyklus est une introduction planante et angoissante, Ritual II Ravka nous ouvre les portes de la noirceur et d’un blast effréné avant que Ritual III Vermilion Rivers ne lâche les moshparts accrocheuses et lourdes. Ritual IV Hull Of Crows nous achève avec cette puissance brute que le groupe sait manier à la perfection avant d’arriver sur la fin de l’album. The Tyrant’s Covenant nous agresse rapidement avant de proposer un break mystique qui renouera finalement avec la violence, puis Maledictus développe un paroxysme de noirceur et de lourdeur avant Argent Debt, le titre bonus. Étrangement long, le titre proposera à la fois de la lourdeur pure et des riffs doublés de hurlements massifs pour clore l’album.

Distant a réalisé un teasing intéressant avec ses deux EPs. Mais Aeons of Oblivion fait plus que d’utiliser des morceaux déjà connus, il les intègre à une aventure fantastique doublée d’une violence incommensurable et écrasante, qui promet des lives incroyables.

95/100

English version?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.