Review 715 : Felled – The Intimate Earth

Felled nous propose son premier album.

Créé en 2010 sous le nom de Moss of Moonlight aux Etats-Unis, le groupe change de nom en 2014 après un album et un EP. Cavan Wagner (guitare/chant, Poet, Räv, Weoh, ex-Cerridwen) et Jenn Grunigen (batterie/chant, Räv, Weoh, ex-Cerridwen) sont toujours animés par la même volonté, mais ils ont été rejoints par Isamu Sato (basse, Omnihility, ex-Yob) et Tiffany Holliday (chant/violon, Poet, Weoh) pour la sortie de The Intimate Earth.

Ceux qui ont connu la première incarnation du groupe ont déjà eu un contact avec ce style musical intense qui évolue entre Black Metal saisissant et influences païennes envoûtantes, mais le groupe pioche également dans le Neofolk pour étoffer et nourrir son style si brut et pourtant si mélodieux. Cinq titres composent cet album, et Ember Dream nous donne immédiatement un aperçu du contraste entre Black Metal viscéral et violon enjoué. Les hurlements règnent sur ce paysage musical de désolation, puis ils donnent la réplique à un chant clair planant sur Fire Season on the Outer Rim. Le morceau est majestueux, mêlant mysticisme à des tonalités sombres et une rythmique rapide qui saura s’apaiser pour devenir imposante, puis le mélange nous mène pas à pas sur The Rite of Passage, un morceau à l’introduction très mélancolique. Mais à nouveau la tornade aux sonorités aériennes lancinantes ne tarde pas à frapper, proposant une rythmique captivante et des harmoniques hypnotiques. Sphagnum in the Hinterlands, le plus long titre, propose également une certaine dissonance et des mélodies répétitives pour mieux nous capturer dans ce voile de déchéance, peuplé de hurlements plus sombres que les précédents. Les leads doublés par le violon sont déchirants, et les dix minutes nous semblent passer en un seul instant, puis le son laisse la place à The Salt Binding, un titre qui emprunte au Doom/Death des influences mélancoliques et pesantes. Les accents Gothiques se font nombreux, ajoutant une part sombre, intense et planante au morceau, qui finira par disparaître progressivement dans le néant.

Bien qu’assez discret, Felled nous offre un album intense et très mature. The Intimate Earth jongle entre les influences pour insuffler une âme meurtrie à sa musique, qui nous guide dans ce paysage de déchéance et de mélancolie, tout en nous fascinant avec des sonorités enchanteresses.

95/100

English version?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.