Review 725 : Diabolizer – Khalkedonian Death

Diabolizer surgit des entrailles de la terre avec un premier album.

Créé en 2012 en Turquie, le groupe composé de Mustafa (guitare, Decaying Purity, Engulfed, Hyperdontia), Abomination Demonseed (chant, Godslaying Hellblast), Aberrant (batterie, Burial Invocation, Engulfed), Malik (basse, Decaying Purity, Hyperdontia) et Can (guitare, Burial Invocation, Engulfed) signe chez Everlasting Spew Records et Me Saco Un Ojo pour la sortie de Khalkedonian Death.

Sans surprise, le groupe officie dans un style qui mélange Old School, Brutal et Technical Death, avec parfois quelques accents plus Black. Dawn Of Obliteration, le premier titre, nous enferme immédiatement dans cette spirale infernale de violence complétée par des leads tranchants et des hurlements monstrueux. Le son est massif, tout comme sur Maelstroms Of Abhorrence, une composition plus oppressante mais toujours assez mélodieuse. Le contraste malsain est d’ailleurs assez impressionnant, puis Cloaked In An Aura Of Madness vient apporter de la lourdeur à l’univers du groupe. Le rire d’introduction est effrayant, et cette noirceur suivra la formation jusqu’au bout de cette composition, alors que Mayhemic Darkness And Possessed Visions nous propose une dissonance accrocheuse et écrasante, doublée d’influences malsaines. Sulphuric Vengeance renoue avec ces patterns Old School gras et incroyablement accrocheurs, peuplés par des riffs effrénés, un groove saisissant et des hurlements puissants, tout comme la sombre et rapide Bringers Of Khalkedonian Death, une composition dissonante aux riffs complexes. On trouve des sonorités de basse inquiétantes, puis Spearfuck The Throes Of Treason frappe avec lourdeur et un groove oppressant mais accrocheur. Les leads déchirants nous mènent droit à la dernière accélération avant Perishing In His Oceans Of Blood, un morceau dissonant et brutal à la fois. Le titre nous lance une noirceur indélébile en pleine face, sans jamais renier sa base brute et agressive jusqu’à la fin.

Le son de Diabolizer est forgé dans les ténèbres et la puissance brute. Khalkedonian Death propose une tornade de dissonance, de technicité et de violence imparables qui laisse supposer des bases obscures et brutales.

90/100

English version?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.