Review 727 : Ulo – Three Two

Ulo vient jouer avec la violence.

Créé en 2020 par Aditya Prakoso (chant/tous instruments, Gerogot, Raw, Brain Damage) en tant que one-man band en Indonésie, le groupe sort rapidement une démo chez Brutal Mind. Three Two, le premier album, sort en 2021. 

Bien que l’homme se charge de tout dans son projet, on retrouve trois invités de poids au chant : Ángel Ochoa (Abominable Putridity, Disgorge, Cephalotripsy, ex-Condemned), Weerasak “Ligore” Kitthammapirak (Ecchymosis, Splattered Orgasm) et Larry Wang (Coprocephalic, Facelift Deformation, Fatuous Rump, Gorepot, Maggot Colony…).
Illustrés par l’artwork horrifique de Jon Zig (Images of Violence, Sarcolytic, Serpentian), les huit morceaux de cet album sont tous forgés par une violence grasse, des breaks apocalyptiques et des riffs saccadés dansants. Les trois guests se partagent sept des huit titres, apportant une graisse vocale incroyable au créateur du groupe, qui se démène pour créer des instrumentales d’une lourdeur pachydermique. J’ai pour ma part adoré Seed of Corpse Dung, le premier morceau, ainsi que Sadistic Predator et la surpuissante Bad Odor, mais on constate aussi que la tête pensante du projet sait aussi gérer seul les hurlements sur Corpse Eater, un titre aux accents dissonants oppressants. L’album se finit avec Unpleasant Smell, un titre qui reste dans la plus pure tradition du Slam Death, et qui allie lourdeur avec efficacité.

En un seul album, Ulo nous montre que le Slam, c’est son univers. Three Two dispose d’une puissance de frappe phénoménale, combinant breaks dévastateurs, riffs épais remuants et quatre hurleurs incroyablement doués.

90/100

English version?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.