Review 728 : Darkthrone – Eternal Hails……

Darkthrone est de retour avec un dix-neuvième album.

Depuis 1987 (ou 1986 sous le nom de Black Death), le combo norvégien fondé par Gylve Fenris “FenrizNagell (batterie/basse/guitare/choeurs, Valhall, ex-Isengard, ex-Dødheimsgard) fait rage. Accompagné depuis 1988 par Ted Arvid “Nocturno Culto” Skjellum (chant/guitare/basse, Sarke, ex-Satyricon), le groupe a participé à la création du Black Metal Norvégien, et évolue depuis dans un style hybride entre Black, Death et Thrash. Voici Eternal Hails……

L’album débute avec His Masters Voice, une composition qui amène progressivement un son Old School qui oscille entre toutes les influences du groupe, sur une base de Black Metal très reconnaissable. Ce son brut couplé à un mix brumeux nous replace immédiatement dans cette ambiance que seul Darkthrone est capable de créer, tout en proposant quelques passages plus doux et accrocheurs. On continue avec Hate Cloak, une composition à l’introduction épique qui donne naissance à une ambiance oppressante et étouffante. Les riffs sont assez simples, mais ils restent efficaces, grâce à ces tonalités mystérieuses et inquiétantes qui se développent sur toute la durée de ce morceau glacial.
L’énergie revient sur Wake Of The Awakened et sa rythmique toujours aussi accrocheuse, qui se pare parfois d’une dissonance aérienne, de riffs sombres, d’accélérations ou de ralentissements tout en restant dans une zone de confort malsaine et tranchante avant de laisser la place à Voyage To A Northpole Adrift, un titre mélancolique et lancinant. Une dissonance hypnotique, une rythmique entêtante, des mélodies macabres aidées par un chant rocailleux mais surtout cette progression du tempo qui semble augmenter lentement jusqu’au break qui fera soudainement accélérer la rythmique pour finalement nous lâcher sur Lost Arcane City Of Uppakra et son ambiance mystérieuse. Lourdeur, oppression et tonalités hypnotiques étouffées se donnent rendez-vous avant l’arrivée d’un son clair angoissant, sur lequel le groupe va construire une intensité étrange et captivante à l’aide de sonorités aériennes mystiques qui nous suivront jusqu’à la fin.

Sans surprise, Darkthrone reste fidèle à lui-même. Les cinq morceaux présentés par Eternal Hails…… sont autant de raisons d’aimer le groupe ou de le détester. Un son macabre, un chant saturé morbide, une énergie qui laisse parfois place à une langueur hypnotique… pas de doute, les groupe sait ce qu’il fait.

90/100

English version?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.