Review 739 : Neurosurgery – Invitation to Die

Après trois singles, Neurosurgery nous propose son premier album.

Créé en 2019 en Finlande, le groupe composé de Turo Myllynen (chant, Organ Grinder), Joakim Lindholm (guitare, Dark Archive), Johnny Grinds (basse, Organ Grinder, Cause of Death) et Alpo Laitinen (batterie, Dark Archive, Itsesaastutus, ex-Abstrakt) sort Invitation to Die chez CDN Records.
A noter que Atte Karm (guitare) et Miika Kärki (batterie) ont également participé à enregistrer l’album.

L’album démarre avec Hatred Leading Us, une introduction angoissante faite par une voix, puis la tuerie démarre littéralement. Invitation, la première composition, nous dévoile des influences très agressives piochées à la fois dans un Brutal Death Old School et des sonorités plus modernes empruntées au Slam. Les hurlements bestiaux se collent à la perfection au groove assommant des musiciens, tout comme sur Age Of Maggots, un titre assez technique aux accents Grindcore. Les patterns Death Old School sanglant rendent le titre très accrocheur, puis Brain Scavenger vient nous écraser à nouveau avec sa violence extrême. Blast, lourdeur et vociférations grasses se mélangent pour créer une tornade de rage, puis des influences plus sombres la rejoignent avant No Need For Tomorrow. Le groupe développe ce contraste entre groove de la rythmique, passages très directs, harmoniques tranchantes et un chant surhumain. Après une outro qui témoigne d’une bonne humeur manifeste en studio, Tower prend la suite en proposant une composition moins rapide mais très imposante qui développe une ambiance apocalyptique. La violence est différente, tout comme sur Towards Mortality qui dévoile également des mélodies entêtantes et glaciales, puis l’album prend fin avec Visions Of Blood, le premier single du groupe, dans une version encore plus brutale et puissante. C’est sur ce morceau que l’on sent le plus la lourdeur du Slam et la rage déchirante du Brutal Death.

Entre Old School et modernité, Neurosurgery a créé un Death Metal hybride surpuissant ! Invitation to Die n’est que leur premier album, et même s’il est court, il développe une violence qui oscille entre graisse auditive, puissance brute, groove accrocheur et une rage indescriptible.

95/100

English version?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.